Catégories
Non classé

Les entraînements du bras de fer sportif

Élue discipline sportive à part entière, le bras de fer sportif comporte donc ses propres techniques, ses codes et ses règles de base. Ce sport possède notamment une Fédération, et surtout des entraînements qu’il faut suivre avec intensité pour s’y confronter. La musculation est d’ailleurs l’élément premier : tout ferriste se soit d’adopter des bases strictes en musculation. Notamment pour renforcer le poignet, les bras, les biceps et le dos, largement sollicités lors de cette activité. Être simplement un « gros bras » ne suffit donc pas ! Alors quels sont réellement les entraînements spécifiques auxquels doit se confronter un ferriste ? Focus.

Les entraînements auxquels doivent se plier les ferristes : force et rigueur

Les entraînements du ferriste (personne pratiquant le bras de fer sportif) s’inspirent notamment d’un programme simple et classique de musculation : curl haltère avec rotation ou encore curl à la barre par exemple. Cependant, il faut tout de même savoir que pour arriver à une performance de bon niveau, le ferriste doit avant toute chose bien muscler ses poignets, ses biceps, ses avant-bras ainsi que ses épaules et ses doigts, car toutes ces parties du corps ne doivent « former qu’un seul bloc » et sont notamment les plus sollicitées dans cette discipline. Les pectoraux ou abdos sont évidemment des muscles à travailler régulièrement et en parallèle, mais ne suffisent pas pour être performant et efficace.

Le ferriste doit également gagner « en force » musculaire sans forcément qu’il y ait un but « de volume » derrière. C’est pour cela qu’on insiste bien sur le fait que les plus « gros bras » ne sont pas forcément les meilleurs !

Quel matériel pour s’entraîner ?

Ainsi pour adopter une bonne rigueur en musculation, le ferriste doit utiliser du matériel dit « spécifique ». Par exemple, l’entraînement de ses doigts et des tendons se fait à l’élastique, à la poulie ou à l’aide d’un ressort. En ce qui concerne les avant-bras, des haltères classiques de musculation suffisent amplement pour faire des exercices de flexions puis d’extension. Le brachio-radial peut être entraîné avec du « curl inversé » par exemple.

Pour l’entraînement des poignets, plus difficile et moins « commun », du fat grip et des exercices en pronation suffisent, mais doivent être appliqués avec rigueur puisque le poignet reste fragile et reste très sollicité au bras de fer. Enfin, pour le système nerveux, qui reste lui aussi très important au sein de cette discipline, les exercices en isométrique (contractions statiques) sont par ailleurs très recommandés.

Il n’est pas sans rappeler que l’hygiène de vie est également un critère évident, comme dans toutes les disciplines sportives. Une bonne alimentation et une hygiène de vie saine au quotidien favorisent également la prise de muscles et de puissance et ne peuvent être que bénéfiques pour se hisser au meilleur niveau.

En résumé, les entraînements du bras de fer sportif sont à la portée de tous, notamment si le matériel spécifique est disponible. Le mieux est encore de s’entraîner régulièrement si l’on est amateur, mais aussi de se rapprocher d’un club de musculation, dédié si possible à cette discipline.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.